" à force d'espérer une condition meilleure le crapaud s'est retrouvé sans queue pour l'éternité" Alain Mabanckou, mémoires de porc-épic

16 nov. 2008

Oeufs de 100 ans



J'avais souvent entendu parlé des fameux oeufs de 100 ans, tradition culinaire asiatique. J'en avais vu quelques uns chez Tang frère dans le XIIIème parisien mais je n'avais jamais imaginé y gouter, du moins pas sans raison. En Asie, plus particulièrement en Chine, il semble que l'oeuf de 100 ans fasse partie des mets que l'on offre au visiteur en signe de bienvenue, impossible alors de le refuser... Impossible de refuser l'oeuf que l'on m'a rapporté de la rue lors de mon voyage à Hong-Kong. D'autres n'ont pas osé s'y aventurer, m'ont aidé à le dépiauter, à prendre des photos, à détailler couleur et odeur mais au moment d'y gouter leur caractère aventureux s'est envolé.


J'avais vu ces oeufs sur le marché de Wanchaï quelques minutes avant, sur un brasero à côté d'oeufs de caille et de marron grillé, genre "grillerie" ambulante que l'on trouve sous nos lattitudes au moment de Noël. La couleur, quasi noire, de la coquille d'oeuf abandonnée dans un mélange de terre, de chaux, de cendre, de thé et de sel pendant 100jours (max) ne m'avait pas franchement attirée. Le récent souvenir de l'oeuf "cuit" par l'acide, dans du vinaigre ne m'avait pas donné l'envie de gouter l'oeuf "cuit" par une base... Bref, alors que cette spécialité est passée à ma portée je la laissait alors aux hôtes de marque et gourmets chinois.



Revenons à mon oeuf, rapporté par un vrai baroudeur, dépiauté, photographié, coupé en 4 (pour que chacun puisse y gouter). Reste une odeur assez entêtante de... euh... de... moisissure un peu comme celle d'un fromage, genre camembert. C'est pas le tout mais il faut y gouter maintenant, je me sens seule, pas franchement mise en appétit par ce truc éloigné de ma culture et de mes habitudes, mais mon côté aventurier accompagné par une certaine fierté m'intiment l'ordre de gouter ce truc quoiqu'il m'en coute. En bref, le blanc qui a prit une teinte marron et une texture de gélatine n'a pas franchement de gout, tout au plus un arôme de fumée. Le jaune, dont la couleur oscille entre bleu et vert à la texture du jaune mollet et un arôme... de camembert assez persistant.


Verdict, je suis fière d'avoir gouté l'oeuf de cent ans mais j'attendrais que la politesse me l'impose pour en remanger...

1 commentaire:

lucia mel a dit…

ben ch'est chouette ce blog ! moi, je suis arrivée par le thème de la casserole et du bicarbonate de soude(je m'inquiète concernant ma cocotte en fonte émaillée, dont le fond a perdu son émail) ;-))